La rencontre autour de la Santé et de la Médecine Féminine (SAMEM) a eu lieu à Madrid du 13 au 15 février dernier. Cet évènement, qui se déroule en Espagne  une fois par an depuis 2011, est l’occasion d’aborder des thèmes intéressants et variés en mettant toujours la femme au centre des préoccupations, que ce soit en évoquant des pathologies spécifiquement féminines ou bien en analysant les caractéristiques qu’acquiert une pathologie lorsque le patient est de sexe féminin.

Au cours de cette édition, les 16 tables rondes ont été l’occasion d’aborder des thèmes liés à l’actualité, comme la prévention ou la promotion de la santé en ce qui concerne les pathologies qui touchent les femmes, la santé intestinale lors de la grossesse, les infections de l’appareil génital et urinaire, la nutrition et l’apport thérapeutique des probiotiques, et même la santé mentale en tant que composante essentielle d’une stratégie intégrative de suivi médical. Des professionnels de renom ont fait part de leur expérience sur chaque thème et ont ainsi offert un éclairage très intéressant aux participants.

Le traitement et la prévention de l’infection par le papillomavirus humain (HPV) constitue un autre sujet en perpétuelle évolution abordé lors de cet évènement. Cela n’est pas étonnant quand on sait que l’infection par le HPV possède une prévalence élevée et différents niveaux de sévérité. Dans certains cas, elle peut disparaître de manière spontanée, dans d’autres cas, elle sera à l’origine de verrues génitales, et dans le pire des scénarios, elle sera liée sur le long terme à l’apparition d’un cancer génital.

Nous avons déjà évoqué à plusieurs reprises sur notre blog ce virus et le rôle que peut jouer la micro-immunothérapie au sein d’une stratégie de traitement intégrative :

En lien avec ce thème, le Dr Diego Jacques, médecin gynécologue spécialiste en micro-immunothérapie, était présent sur le stand de Labo’Life et a prodigué ses conseils aux professionnels de santé qui souhaitaient bénéficier de son expérience avec la micro-immunothérapie dans le domaine de la gynécologie. La micro-immunothérapie cherche à équilibrer le fonctionnement du système immunitaire lorsqu’il a été perturbé, comme c’est le cas lors d’une infection virale. Les différents composants de la micro-immunothérapie ont pour objectif dans ce domaine d’agir au niveau de la réplication virale et de renforcer le travail de défense du système immunitaire.

Laisser un commentaire

Nous informons les utilisateurs qui publient un commentaire sur le blog que des données personnelles telles q'un nom leur seront demandées et pourront être publiées et donc rendues visibles à tous les utilisateurs du blog. En revanche, leur adresse e-mail ne sera pas publiée. L’utilisateur qui publiera un commentaire doit également être conscient que ses publications pourront être lues par d’autres personnes et que DIMI S.L n’est pas tenue responsable des contenus librement publiés et partagés par l’utilisateur. Par la présente, l'utilisateur est informé qu’il est le principal responsable de la protection de sa vie privée et de ses données personnelles. Si vous souhaitez plus d'informations sur notre politique de protection des données, consultez nos mentions légales.

Politique des cookies

En conformité avec la loi 34/002 relative aux services de société de l’information, nous vous rappelons que utilisation de cette page web suppose l’acceptation de l’utilisation des cookies.
Plus d’information.
ACCEPTER

Aviso de cookies