Quel parent n’a jamais entendu parler de la bronchiolite ? Il s’agit de l’une des principales infections virales dont peuvent souffrir les bébés quand ils commencent à être gardés. Elle est due au virus respiratoire syncytial. On en entend souvent parler, surtout en hiver et chez les pédiatres.

Quel est ce virus ?

Symptômes

L’infection par le virus respiratoire syncytial est une infection très courante qui produit en général un ensemble de troubles respiratoires avec des symptômes tels que de la fièvre, de la toux, des mucosités, une congestion, des difficultés respiratoires, une hausse de la fréquence respiratoire, des sifflements caractéristiques dans la poitrine, etc. Cela peut perdurer pendant 2 ou 3 semaines.

La bronchiolite ou la pneumonie en sont les conséquences les plus courantes. Elles surviennent suite à l’inflammation des voies respiratoires inférieures (bronchioles) qui s’accompagne d’une importante production de mucus. Celui-ci finit par obstruer les voies et rendre le passage de l’air difficile, ce qui, comme pour d’autres infections respiratoires, peut faciliter la surinfection par d’autres micro-organismes.

Qui est concerné ?

Il touche la plupart des enfants pour la première fois avant l’âge de 2 ans, bien qu’il puisse par la suite infecter à nouveau les enfants comme les adultes. 

Population à risque : En général, les populations les plus à risque, chez qui les effets de l’infection sont les plus graves, sont les personnes les plus jeunes et les plus âgées (bébés, personnes âgées). En effet, environ 10 % des bébés touchés doivent être hospitalisés, surtout les plus petits (entre 2 et 6 mois).

Facteurs de risque : Ce virus touche davantage les bébés présentant des pathologies congénitales du cœur ou des poumons, les prématurés, les bébés avec des antécédents familiaux d’allergie, ceux dont les défenses immunitaires sont faibles ou avec des pathologies immunitaires, et enfin ceux qui sont exposés à la fumée de cigarette. 

Quel est son mode d’action ? 

Ce virus détruit les membranes des cellules aux endroits où elles sont en contact les unes avec les autres, ce qui entraîne la formation de syncytiums ou cellules à noyaux multiples (d’où leur nom). 

Comme d’autres virus, il se propage très facilement par contact direct ou indirect avec les gouttelettes de sécrétions nasopharyngées émises par une personne infectée et qui pénètrent par les yeux, le nez ou la bouche. 

Comment notre système immunitaire réagit-il ?

Comme celui de la grippe, ce virus est capable de muter d’une année sur l’autre et il peut donc réinfecter plusieurs fois une même personne. 

L’immunité face à ce virus dépend principalement de l’existence d’anticorps dans la muqueuse respiratoire (IgA). Étant donné que ces anticorps ont une durée de vie assez courte, les réinfections peuvent être fréquentes.

Conseils de prévention et traitement

Les recommandations portent sur plusieurs points :  

  • Pour éviter la contamination :

Se laver fréquemment les mains, surtout après s’être occupé d’une personne infectée, bien aérer les locaux et éviter les regroupements de personnes, éviter la fumée de cigarette, nettoyer les surfaces et les objets qui ont pu être contaminés (jouets, tétines, ustensiles, etc.).

  • Pour distinguer les différentes pathologies :

Il peut être nécessaire de se rendre chez le médecin pour qu’il réalise un diagnostic différentiel, surtout en hiver où les virus et bactéries sont nombreux à circuler. Il est essentiel d’accepter la stratégie de traitement proposée et d’isoler le malade si nécessaire afin d’obtenir les meilleurs résultats possibles tout en limitant les risques. 

  • Pour renforcer l’immunité : 

L’allaitement maternel est la meilleure solution pour nourrir le bébé, car sa mère peut ainsi lui transmettre de l’immunoglobuline A et des cellules de défense que son système immunitaire trop jeune n’est pas encore capable de produire. En ce qui concerne le mode de garde, une période d’adaptation progressive permettra à l’enfant de s’immuniser petit à petit en donnant à son système immunitaire le temps d’identifier un large panel d’antigènes.

Les traitements visant à soutenir le système immunitaire des plus petits, comme la micro-immunothérapie, peuvent être utiles lorsqu’il est nécessaire de renforcer la réponse immunitaire. Cependant, avant de commencer quelque traitement que ce soit, consultez toujours un pédiatre compétent dans ce domaine.

Bibliographie

  1. Flores-Pérez P, Gerig N, Isabel Cabrera-López M, de Unzueta-Roch JL, Rosal TD, Calvo C; Grupo de estudio de COVID-19 en niños. Acute Bronchiolitis During The Covid-19 Pandemic. Enferm Infecc Microbiol Clin (Engl Ed). 2021 Jun 26. doi: 10.1016/j.eimc.2021.06.012. Publication en ligne avant impression. PMID : 34219854; PMCID : PMC8233844.
  2. Resch B, Kurath-Koller S, Eibisberger M, Zenz W. Prematurity and the burden of influenza and respiratory syncytial virus disease. World J Pediatr. 2016 Feb;12(1):8-18. doi: 10,1007/s12519-015-0055-x. Epub 19 nov 2015. PMID : 26582294.

Écrire un commentaire

Nous informons les utilisateurs qui publient un commentaire sur le blog que des données personnelles telles q'un nom leur seront demandées et pourront être publiées et donc rendues visibles à tous les utilisateurs du blog. En revanche, leur adresse e-mail ne sera pas publiée. L’utilisateur qui publiera un commentaire doit également être conscient que ses publications pourront être lues par d’autres personnes et que DIMI S.L n’est pas tenue responsable des contenus librement publiés et partagés par l’utilisateur. Par la présente, l'utilisateur est informé qu’il est le principal responsable de la protection de sa vie privée et de ses données personnelles. Si vous souhaitez plus d'informations sur notre politique de protection des données, consultez nos mentions légales.

Politique des cookies

En conformité avec la loi 34/002 relative aux services de société de l’information, nous vous rappelons que utilisation de cette page web suppose l’acceptation de l’utilisation des cookies.
Plus d’information.
ACEPTAR

Aviso de cookies