Un malheur ne vient jamais seul ! La pandémie de la COVID-19 semble nous le confirmer. En effet, plus l’expérience et les informations s’accumulent au sujet de cette maladie, plus on voit apparaître de données concernant la possibilité d’une co-infection du SARS-VOV-2 avec d’autres virus qui se trouvaient probablement déjà dans l’organisme du patient, notamment le virus d’Epstein-Barr (EBV), l’herpès, le cytomégalovirus (CMV) et des virus respiratoires chez les enfants.

La recherche que nous avons effectuée parmi les publications scientifiques amène à penser que ce type de co-infection n’est pas si rare. Voici quelques exemples tirés des études que nous avons consultées :

  • L’étude de Lehner portant sur des patients atteints de la COVID-19 et hospitalisés en soins intensifs a relevé la présence d’anomalies biochimiques caractéristiques de l’hépatite et de la pancréatite causées par l’EBV, l’herpès ou le cytomégalovirus. Par la suite, il a été attesté que les patients chez qui ces anomalies avaient été observées présentaient une virémie EBV et des taux d’interleuquine 6 élevés. Selon les auteurs, l’EBV pourrait agir comme un déclencheur inflammatoire supplémentaire chez les patients atteints d’une forme grave de la COVID-191.
  • Amir et al., exposent le cas d’une patiente de 28 ans à qui l’on a diagnostiqué en même temps le SARS-CoV-2 et l’EBV. La patiente a développé une lymphohistiocytose hémophagocytaire (LHH), un syndrome hyperinflammatoire associé en général à l’EBV et au CMV. Les auteurs évoquent la possibilité que ces deux virus aient agi de concert pour causer la LHH, et émettent également l’hypothèse que l’infection par le SARS-CoV-2 pourrait entraîner un état d’immunodépression générant un environnement favorable pour que l’EBV déjà présent dans l’organisme se réactive et évolue vers une LHH2.
  • Dans leur cabinet de dermatologie, Dursun et al. ont observé une hausse des cas de pityriasis rosé de Gibert au cours de la pandémie de la COVID-19. Cette équipe suggère que le coronavirus pourrait être un activateur d’autres virus, comme les herpès 6 et 7 responsables de cette affection cutanée3.
  • Selon l’étude de Pigny et al., 12 % des enfants confinés chez eux pour cause de la COVID-19 étaient également infectés par d’autres virus respiratoires communs.

Au cours de cette année pandémique, nous avons découvert de plus en plus d’éléments concernant le SARS-CoV-2, mais les recherches sur ses effets à long terme et ses interactions avec d’autres virus sont toujours en cours. Bien que ces données ne suffisent pas et que des études plus approfondies sont nécessaires, elles nous permettent de progresser dans notre connaissance de la nature de ce pathogène et elles nous rappellent surtout l’importance de préserver le bon fonctionnement du système immunitaire, que ce soit à l’heure actuelle, en période de pandémie, ou de manière plus générale. En effet, de nombreux virus observés dans ces situations de co-infection avec le SARS-Cov-2 nous infectent dès l’enfance et restent souvent à l’état latent à vie dans notre organisme, en profitant des situations de faiblesse immunitaire pour se réactiver.

Dans ce contexte où nous avons besoin de soutien, la micro-immunothérapie peut être une alliée à la fois pour préserver le bon fonctionnement du système immunitaire, afin qu’il défende notre organisme contre les nouveaux virus, et pour gérer la réactivation de certains virus déjà présents dans notre corps à l’état latent.

Bibliographie :

  1. Lehner GF, Klein SJ, Zoller H, Peer A, Bellmann R, Joannidis M. Correlation of interleukin-6 with Epstein-Barr virus levels in COVID-19. Crit Care. 2020 Nov 10;3(11):866-873.
  2. Amir R, Kichloo A, Singh J, Bhanot R, Aljadah M, Kumar A, Albosta MS, Solanki S. Epstein-Barr Virus Versus Novel Coronavirus-Induced Hemophagocytic Lymphohistocytosis: The Uncharted Waters. J Investig Med High Impact Case Rep. 2020 Jan-Dec;8:2324709620950107.
  3. Dursun R, Temiz SA. The clinics of HHV-6 infection in COVID-19 pandemic: Pityriasis rosea and Kawasaki disease. Dermatol Ther. 2020 Jul;33(4):e13730.
  4. Pigny F, Wagner N, Rohr M, Mamin A, Cherpillod P, Posfay-Barbe KM, Kaiser L, Eckerle I, L’Huillier AG; Geneva Pediatric COVID Group. Viral co-infections among SARS-CoV-2-infected children and infected adult household contacts. Eur J Pediatr. 2021 Jan 27:1–5.

Laisser un commentaire

Nous informons les utilisateurs qui publient un commentaire sur le blog que des données personnelles telles q'un nom leur seront demandées et pourront être publiées et donc rendues visibles à tous les utilisateurs du blog. En revanche, leur adresse e-mail ne sera pas publiée. L’utilisateur qui publiera un commentaire doit également être conscient que ses publications pourront être lues par d’autres personnes et que DIMI S.L n’est pas tenue responsable des contenus librement publiés et partagés par l’utilisateur. Par la présente, l'utilisateur est informé qu’il est le principal responsable de la protection de sa vie privée et de ses données personnelles. Si vous souhaitez plus d'informations sur notre politique de protection des données, consultez nos mentions légales.

Politique des cookies

En conformité avec la loi 34/002 relative aux services de société de l’information, nous vous rappelons que utilisation de cette page web suppose l’acceptation de l’utilisation des cookies.
Plus d’information.
ACEPTAR

Aviso de cookies