Lorsque nous parlons d’alimentation anti-inflammatoire, nous faisons référence à un régime dans lequel, les aliments anti-inflammatoires jouent, de manière générale, un rôle principal, et où au contraire les aliments favorisant l’inflammation de l’organisme, sont autant que possible réduits.

Un régime anti-inflammatoire devrait contribuer à améliorer une maladie ayant une composante inflammatoire sous-jacente. Bien que cela puisse également être une pratique saine introduite dans nos habitudes à titre préventif contre ce type de maladies.

Inflammation, système immunitaire et maladies

Le système immunitaire est le gardien de notre santé. Pratiquement toutes les maladies sont liées à un déséquilibre du système immunitaire. C’est pourquoi sa prise en charge est essentielle et nécessite, d’une part, un mode de vie qui contribue à renforcer ses mécanismes de défense et à éviter les réactions nocives et auto-inflammatoires et, d’autre part, le recours à des approches visant à réguler et à soutenir son fonctionnement, telles que la micro-immunothérapie.

Comme nous l’avons commenté dans nos articles « L’inflammation : les deux revers d’une même médaille » et « Rappel sur les différents types d’inflammation et les pathologies associées », l’inflammation est une réponse naturelle du système immunitaire qui, lorsqu’elle persiste dans le temps, peut néanmoins se retourner contre l’organisme.

L’alimentation est la base de la vie, de la santé et donc aussi de tout traitement. Comment aborder l’inflammation par l’alimentation ?

Aliments anti-inflammatoires ou pro-inflammatoires

  • Les fruits et légumes rouges pour leurs anthocyanes et carotènes, les légumes verts riches en soufre et les légumineuses telles que le soja, sont des ingrédients indispensables à un régime anti-inflammatoire. De plus, l’ail et les épices comme le curcuma et le gingembre apportent non seulement beaucoup de saveur aux plats, mais disposent également d’un pouvoir antioxydant.
  • Concernant les graisses, la plus recommandée est sans aucun doute l’huile d’olive extra vierge (HOVE). Riche en oléocanthal1 parmi d’autres composés, l’HOVE est considérée comme un aliment doté d’une capacité anti-inflammatoire similaire à celle de certains médicaments. Les graisses contenant des acides gras oméga-32 que l’on trouve dans les poissons gras, les noix, les œufs, le chou, etc., sont d’autres graisses bénéfiques. Leur capacité anti-inflammatoire s’est révélée bénéfique dans le traitement des maladies chroniques. Les graisses à éviter sont les raffinées et celles d’origine animale.
  • Les viandes rouges issues de mammifères se sont révélées plus inflammatoires que les viandes blanches issues de la volaille ou du poisson. Selon plusieurs études, cela s’explique par leur teneur en acide sialique. Cette molécule ne peut pas être métabolisée dans notre corps en raison de l’absence d’une enzyme et s’accumule donc dans notre organisme. Cela déclenche une réaction de type inflammatoire étant donné que notre système immunitaire la perçoit comme un élément étranger à notre corps.
  • Les sucres raffinés et les sucreries, en particulier industrielles, ne sont pas recommandés car ils produisent une augmentation des marqueurs inflammatoires telles que la CRP et l’IL6.

Conclusion

Ainsi, les maladies chroniques à forte composante inflammatoire telles que le diabète de type II , la fatigue, l’arthrite rhumatoïde, la colite ulcéreuse et bien d’autres, pourraient être améliorées ou prévenues en respectant une hygiène de vie saine et en tenant compte de l’importance du système immunitaire. Dans les cas où l’inflammation joue le rôle principal, un régime anti-inflammatoire peut aider l’organisme à obtenir les éléments dont il a besoin pour réguler sa réponse. De même, les approches visant à réguler spécifiquement le système immunitaire telles que la micro-immunothérapie, peuvent être intéressantes pour aider notre organisme à revenir à un état normal et à freiner la tendance à la chronicité.

Articles connexes :

Cet été, nourrissez votre système immunitaire !

Le régime occidental : appétissant mais pas sans risques !

Les aliments transformés et le système immunitaire

Bibliographie :

(1) Kok-Lun PangKok-Yong Chin. The Biological Activities of Oleocanthal From a Molecular Perspective. Nutrients. 2018 May 6;10(5):570

(2) Herpich C et al. Anti-Inflammatory diets and fatigue. Nutrients. 2019 Oct; 11(10): 2315.

(3) Caballero-Gutierrez L, Gonzalez G. Alimentos con efecto anti-inflamatorio. Acta Medica Peruana. 2016 33,(1): 50-64

Laisser un commentaire

Nous informons les utilisateurs qui publient un commentaire sur le blog que des données personnelles telles q'un nom leur seront demandées et pourront être publiées et donc rendues visibles à tous les utilisateurs du blog. En revanche, leur adresse e-mail ne sera pas publiée. L’utilisateur qui publiera un commentaire doit également être conscient que ses publications pourront être lues par d’autres personnes et que DIMI S.L n’est pas tenue responsable des contenus librement publiés et partagés par l’utilisateur. Par la présente, l'utilisateur est informé qu’il est le principal responsable de la protection de sa vie privée et de ses données personnelles. Si vous souhaitez plus d'informations sur notre politique de protection des données, consultez nos mentions légales.

Politique des cookies

En conformité avec la loi 34/002 relative aux services de société de l’information, nous vous rappelons que utilisation de cette page web suppose l’acceptation de l’utilisation des cookies.
Plus d’information.
ACEPTAR

Aviso de cookies