Par expérience nous savons que notre réaction face à un défi personnel ou une situation stressante (danger, discours, conversation, etc.) sera à la fois émotionnelle (peur, insécurité) et physique (palpitations, bouche sèche, sueurs froides, diarrhée, etc.). Chez certaines personnes, cette réaction se manifeste principalement au niveau de l’intestin.

Concepts-clés :

→ Le lien existant entre le cerveau et l’intestin souligne l’importance de mettre en place des stratégies thérapeutiques globales prenant en compte l’état émotionnel du patient ainsi que ses habitudes alimentaires.

→ Dans des situations de stress et notamment de stress chronique, la micro-immunothérapie  peut être utile afin de rétablir les mécanismes naturels de l’organisme et favoriser une bonne santé digestive.

Côlon irritable ou syndrome de l’intestin irritable (SII)

Le SII est une maladie de l’intestin caractérisée par l’apparition de troubles digestifs : diarrhées spontanées, douleurs abdominales, perturbations du transit intestinal (par ex. constipation), flatulences, crampes digestives, nausées, etc.

Plusieurs facteurs présents également dans d’autres maladies intestinales ont été associés au SII. Comme par exemple :

− L’anxiété, la dépression, la peur, l’insécurité, le stress, etc. surtout lorsque ces situations se prolongent pendant longtemps,
− L’apparition d’une inflammation,
− Des altérations de l’intégrité du tube digestif (perméabilité intestinale),
− Des variations de la flore microbienne (dysbiose).

Il faut souligner que les symptômes engendrés par ce syndrome génèrent des situations de stress qui détériorent la qualité de vie, créant ainsi un cercle vicieux difficile à gérer.

Approche thérapeutique

Du point de vue de la médecine intégrative, le problème doit être abordé sous différents angles :

1. Le patient doit tout d’abord participer à la préservation de sa santé et entamer un apprentissage psychologique afin de détecter les situations de stress et les émotions qu’elles déclenchent, ainsi que la manière dont son corps y répond. Une fois ces phénomènes identifiés, il doit apprendre à les gérer et à les atténuer.

2. Il est aussi recommandé d’ajouter au plan de traitement des stratégies thérapeutiques apportant les nutriments nécessaires riches en acides gras essentiels et acides aminés pour participer à la restauration de l’épithélium digestif et atténuer la perméabilité intestinale.

3. Il est également important de restaurer la flore intestinale bénigne pour se protéger contre les colonisations ou les infections par des germes pathogènes. Pour cela il faut adopter une alimentation et des habitudes de vie saines, en évitant par exemple les repas copieux ou les aliments qui provoquent des flatulences.

4. Enfin, il faut stabiliser le système immunitaire. Comme nous l’avons expliqué dans notre article sur les organes du système immunitaire, la muqueuse intestinale comme le microbiote participent activement au développement de la fonction immunitaire, et il est donc fréquent que la réponse immunitaire soit altérée dans les cas de syndrome de l’intestin irritable. Il a par exemple été établi que les lymphocytes T s’épuisent lorsque des diarrhées fréquentes surviennent. Dans ce contexte, la micro-immunothérapie peut être une alliée de poids étant donné qu’elle vise à rééquilibrer la réponse immunitaire et à agir au niveau des mécanismes physiopathologiques liés au stress.

Autres articles en lien avec celui-ci :

Troubles émotionnels chez les patients atteints de maladies inflammatoires de l’intestin

Prébiotiques, probiotiques et système immunitaire

Le régime occidental : appétissant, mais pas sans risques !

Bibliographie :

Pourmand, H., & Esmaillzadeh, A. (2017). Consumption of a Low Fermentable Oligo-, Di-, Mono-saccharides, and Polyols Diet and Irritable Bowel Syndrome: A Systematic Review. International journal of preventive medicine, 8, 104.

¿Respondes con el intestino? Algunos consejos de cómo manejar un Intestino Irritable. International Foundation for Gastrointestinal Disorders. Disponible sur : https://iffgd.org/en-espanol/respondes-con-el-intestino.html (en espagnol) Consulté le 14-03-2019

Hughes PA, Moretta M, Lim A.Immune derived opioidergic inhibition of viscerosensory afferents is decreased in Irritable Bowel Syndrome patients. Brain Behav Immun. 2014 Nov;42:191-203.

Laisser un commentaire

Nous informons les utilisateurs qui publient un commentaire sur le blog que des données personnelles telles q'un nom leur seront demandées et pourront être publiées et donc rendues visibles à tous les utilisateurs du blog. En revanche, leur adresse e-mail ne sera pas publiée. L’utilisateur qui publiera un commentaire doit également être conscient que ses publications pourront être lues par d’autres personnes et que DIMI S.L n’est pas tenue responsable des contenus librement publiés et partagés par l’utilisateur. Par la présente, l'utilisateur est informé qu’il est le principal responsable de la protection de sa vie privée et de ses données personnelles. Si vous souhaitez plus d'informations sur notre politique de protection des données, consultez nos mentions légales.

Politique des cookies

En conformité avec la loi 34/002 relative aux services de société de l’information, nous vous rappelons que utilisation de cette page web suppose l’acceptation de l’utilisation des cookies.
Plus d’information.
ACCEPTER

Aviso de cookies